La mise en accès restreint temporaire de la plage de Renipont à Lasne a fait couler beaucoup d’encre. Entre ceux qui saluent la décision de la commune et les autres, déçus de ne plus pouvoir se rendre dans ce lieu de baignade, la décision n’a laissé que peu de monde indifférent.

Ecolo Brabant wallon juge de son côté la décision comme « juste et nécessaire » mais souhaite aller plus loin dans le débat. Laurent Masson, le chef des Verts lasnois espère par exemple qu’à l’avenir : « une solution plus équitable soit mise en place via un système de réservation. Il permettrait aux habitants d’autres communes que Lasne, La Hulpe et Rixensart de s’y rendre ».

En agrandissant la perspective, Ecolo Brabant wallon remarque également que ce sont les points de baignade eux-mêmes qui ont manqué dans la province. Avec la fermeture de la piscine du Bois des Rêves, la plage de Renipont devenait la seule alternative de baignade extérieure en Brabant wallon. Trop peu, avec les conséquences que l’on connait.

Faute d’autres sites qui mêleraient baignade et respect de l’environnement, Ecolo en appelle à la créativité. « Communes et Régions devraient se concerter pour proposer de nouveaux lieux de détente aquatique, explique Hélène Ryckmans, députée wallonne. Nous pouvons être inventif(ve)s et proposer pourquoi pas un « bienvenue dans ma piscine » ou la mise en place dans les quartiers dans les quartiers et avec les régies de quartier, les clubs de jeunes, les écoles de devoir, de bassins improvisés (une bâche et quelques ballots de paille) pour les enfants des quartiers."

Des solutions alternatives qui ne feront que gagner en importance au fur et à mesure des années, comme l’explique Simon Moutquin, député fédéral Ecolo : « les 3 records de température ont eu lieu ces 10 dernières années. L’accès à des lieux de baignade, la végétalisation de nos villes -qui fait baisser la température- et à la mise en place d’espaces de fraîcheur sont des enjeux fondamentaux pour ces prochaines années. Ils le sont d’autant plus que l’incident de Blankenberge, ou la restriction décidée à Lasne, nous montrent une fois de plus que nous ne sommes pas toutes et tous égaux face à ces vagues de chaleur ».