Brabant wallon Plusieurs personnes se sont manifestées pour la reconstruire rapidement.

Dans la nuit de lundi à mardi, un violent incendie, qui semble à première vue volontaire, a complètement réduit en cendres la Give-Box située sur le plateau du Tram à Virginal.

Des faits qui ont rapidement suscité l’émoi au sein de la population tant l’initiative avait tout son sens, elle qui fonctionne sur le principe de l’échange : on donne quelque chose et on repart avec autre chose.

Face à ce constat de tristesse, Jean-Marie, un habitant du coin, a décidé de faire quelque chose de concret : la remettre sur pied. "Ma compagne et moi habitons le village depuis deux ans, explique-t-il. Nous avons vu cette belle initiative qui permet de donner une deuxième vie aux objets dont on n’a plus besoin. Cette deuxième vie peut profiter à tous mais, surtout, aux plus démunis."

Alors quand il a appris l’incendie, comme beaucoup, il n’y est pas resté insensible. "J’ai été très attristé. Assez naturellement, après en avoir discuté en famille, j’ai proposé mon aide pour reconstruire l’espace détruit. Mon métier me permet d’avoir la facilité de le faire. J’ai donc proposé de mettre mes compétences, le matériel de la société et mes bras aux services des fondateurs de cette Give-Box."

Et rapidement, c’est un grand élan de solidarité qui s’est mis en place. "Les nombreuses réactions à mon post sur Facebook démontrent qu’il y a encore beaucoup de gens sensibles à la solidarité. Mais, entre-temps, j’ai appris que la commune souhaitait reprendre l’initiative pour remettre tout cela en route mais avec plus de sécurité pour que la mésaventure ne se reproduise plus. Si tel est le cas, je pense que notre aide ne sera plus nécessaire", conclut Jean-Marie. Reste à voir la suite qui sera donnée à cette proposition.

Ce qui est certain, c’est que les Ittrois tenaient fortement à cette Give-Box et qu’ils sont prêts à y mettre du leur pour faire revivre cette initiative qui prend tout son sens, surtout en cette période de fin d’année qui est parfois compliquée. Comme quoi, la vraie générosité existe encore et l’air de rien, ça réchauffe le cœur.