Plus de 2 500 euros ont été retirés de son compte bancaire.


En avril dernier, une dame habitant à Wavre et prénommée Laura a appelé le service Card Stop : elle venait de s’apercevoir qu’elle avait perdu son portefeuille en faisant le marché dans la cité du Maca. Trop tard : plus de 2 500 euros avaient déjà été retirés de son compte bancaire.

L’enquête a montré que pour réussir à retirer de l’argent sans disposer du code secret correspondant à la carte, le voleur - la voleuse en l’occurrence - y était allée au culot. En effet, c’est une autre Laura, elle aussi domiciliée à Wavre, qui a retrouvé par terre le fameux portefeuille contenant la carte de banque mais aussi tous les documents personnels de la victime.

En possession de tout cela, la Wavrienne est allée dans une agence ING en expliquant qu’elle avait besoin d’argent, mais qu’elle ne se souvenait plus de son code secret. Elle a pu montrer sa carte d’identité à l’appui de ses dires et l’employé s’est laissé convaincre en lui remettant 600 euros.

Et dans la foulée, voyant que cela fonctionnait, elle a demandé également que la limite journalière pour le retrait d’argent soit relevée, prétextant devoir payer une garantie locative de 2 000 euros !

Quand la manœuvre a été découverte, Laura D. a été entendue par la police. Elle a prétendu que l’idée n’était pas d’elle mais de son frère.

" Madame fuit ses responsabilités : elle n’a pas d’antécédent mais je n’aperçois pas une grande remise en question dans son chef… ", a tonné le ministère public, la semaine dernière devant le tribunal correctionnel.

Le tribunal vient de trancher : la Wavrienne écope d’une peine de travail dont le taux a été fixé à 125 heures. Une faveur mais si elle ne preste pas ces heures, c’est une peine de prison de cinq mois qui lui sera appliquée.