Brabant wallon

C’est une maman scandalisée qui a lancé l’alerte ce lundi. "Chauffeur de bus, j’ai une petite question pour vous qui me lirez ? Une vitre du bus se brise car vous avez pris un piquet en route, vous continuez comme cela avec les enfants ou vous vous arrêtez ?"

Que s’est-il passé ce lundi matin, vers 7h50, du côté de Jandrain (Orp-Jauche) avec la ligne 610 ? Selon le témoignage d’enfants, dont certains étaient choqués, le bus des TEC (exploité par les voyages Peeters d’Hannut) a roulé plus de 15 minutes avec une vitre perdant des morceaux à l’intérieur, malgré la présence d’une quarantaine de jeunes à bord. Nous avons tenté de joindre la société qui n’a pas daigné répondre à nos questions. Tout au plus, le chauffeur indique avoir parlé avec les enfants à bord et fait rapport aux TEC. Ce n’est pas la version apportée par les témoignages recueillis comme celle d’une jeune fille souhaitant garder l’anonymat.

© D.R.
"Nous étions une quarantaine dans le bus qui venait de Jauche et se rendait à Hannut. Du côté de Jandrain, le bus a tourné trop court et a accroché un panneau de signalisation. La vitre a craqué. Mais le bus ne s’est pas arrêté. Plusieurs personnes ont crié au chauffeur pour lui dire que la vitre craquait et des morceaux tombaient sur les passagers. Le chauffeur s’est arrêté, est sorti et est allé voir à l’extérieur pour évaluer les dégâts. Il est remonté, et il a redémarré !"

La jeune fille qui témoigne se trouvait au milieu du bus, alors que la vitre se situait un peu plus à l’arrière. Jamais, elle n’a entendu un message du chauffeur. "Je ne l’ai pas entendu s’exprimer et encore moins venir voir la situation et les morceaux de verre dans le bus. Il n’a pas demandé aux jeunes qui se trouvaient près de la vitre de se bouger. Il a continué son chemin jusque Hannut, soit environ une quinzaine de minutes."

© D.R.
Dans le bus, la stupéfaction passée, les attitudes variaient selon les jeunes. "Certains étaient choqués ! Une jeune fille était en panique et a eu un début de crise d’asthme ! D’autres rigolaient de ce qu’il se passait." Pour la jeune fille, aucun constat n’a été fait, le bus a donc réalisé un délit de fuite… Du côté de l’OTW (TEC), Stéphane Thiery a daigné répondre à nos sollicitations. Sans vouloir prendre position sans disposer de tous les éléments, il tient à rappeler que "toutes les personnes qui le désirent peuvent introduire un formulaire de plainte via le site des TEC. Ce genre de fait sera, quoi qu’il arrive, suivi de réponses aux plaignants. Une enquête devra être menée pour connaître et recouper tous les éléments. On verra alors ce qui doit être ajusté et où est la réalité. Les sous-traitants ont l’obligation de qualité et de reporting. Nous aurons un dialogue constructif avec la société et verrons si le comportement adéquat avec les enfants a été réalisé."

Stéphane Thiery de reconnaître que ce type de fait n’est pas anodin. "Il ne serait pas normal que des enfants soient assis à côté d’une vitre brisée. Le chauffeur a le rôle d’un commandant de bord, il doit analyser la situation et prendre les mesures qui s’imposent. S’il a veillé à la sécurité des passagers, ce qui est une priorité, le fait de continuer n’est pas problématique pour autant qu’il dialogue avec les jeunes et en fasse rapport ensuite…" Pour les TEC, on se veut en tout cas clair : "on est très attentif à la prise en charge des enfants, on cherche à s’améliorer tous les jours, le bus est le moyen de transport le plus sûr et nous ferons tout pour qu’il le reste."

© D.R.