Les édiles ont voté à l’unanimité une action au Conseil d’État contre le projet.

Suite, mais certainement pas fin, du dossier des Jardins d’Oisquercq. Pour rappel, ce projet concerne une friche industrielle d’un peu moins de 10 hectares qui est délimitée par la rue du Canal, la rue du Bon Voisin et le canal. Concrètement, il prévoit la construction de 210 logements (128 maisons et 82 appartements), de commerces de proximité et des activités de distribution ou de services et d’équipements communautaires.

Un projet que beaucoup pensaient enterré en 2017 lorsque le fonctionnaire délégué refusait d’attribuer le permis et que, dans la foulée, la Ville remettait un avis négatif. Mais pendant l’été, à la grande surprise des Tubiziens, la SA Les Jardins d’Oisquercq obtenait son permis d’urbanisation après avoir remporté son recours auprès du ministre Di Antonio.

Une décision qui n’a pas fait que des heureux et qui a remis ce dossier sur la table des conseillers communaux tubiziens ce lundi. Le point à l’ordre du jour : voter une décision permettant à la Ville d’aller jusqu’au Conseil d’État contre ce dossier. Une proposition qui a été votée à l’unanimité des édiles. Les autorités communales n’entendent pas se laisser faire dans ce dossier qu’elles jugent beaucoup trop dense avec des logements qui ne sont pas adaptés à un village rural où il n’y a pas d’appartements.

Pour rappel, en mai 2017, plus de 550 signatures avaient été récoltées par les riverains contre ce projet. Décidément, les Jardins d’Oisquercq n’ont pas (encore) fini de faire parler d’eux.