Au total, 43 radars indiquent leur vitesse aux automobilistes dans les rues à risques.

Ils ont été ajoutés à la route de Frasnes, à la rue de Dreumont, à la rue du Tienne, au chemin Baty Saint-Bernard, à la drève de la Curette, à la rue de l’Abbaye… Ces derniers jours, treize nouveaux radars préventifs ont été placés par la commune de Villers-la-Ville. Ce qui constitue une dépense non négligeable puisqu’en comptant le radar - qui fonctionne à l’énergie solaire - et le poteau sur lequel il est installé, chaque dispositif avoisine 2 000 euros.

Et ces nouveaux radars s’ajoutent à ceux qui étaient déjà en place : au total, il y en a maintenant 43 sur le territoire communal. Un vrai record ! Dans certaines rues, il y en a même plusieurs : trois à la rue du Bosquet à Tilly par exemple, deux à la rue Priesmont à Marbais, ou encore trois à la rue Adjudant Kumps à Mellery…

"C’est un investissement mis en place sur plusieurs années pour améliorer la sécurité routière et la quiétude des villages, précise l’échevine de la Mobilité, Julie Charles. Nous les avons installés dans les rues où se posent des problèmes, en prenant notamment l’avis de la conseillère en mobilité et en nous basant aussi sur le retour des citoyens. Selon les statistiques, la vitesse diminue entre 15 et 20 km/h avec ces installations."

Le répressif pas exclu

Ce qui n’exclut pas de jouer aussi sur le côté répressif : récemment encore, un Lidar est resté plusieurs jours à la rue de Marbais, entre le centre de Villers-la-Ville et la maison communale. Ce qui permet aussi aux automobilistes qui passent par là de se rendre compte qu’ils roulent trop vite, même s’ils ont l’impression de ne pas exagérer lorsqu’ils descendent vers le village ou quand ils se relancent dans la côte pour se diriger vers Marbais…

"C’est le même principe avec les radars préventifs : l’objectif est de sensibiliser les usagers pour faire changer les mauvaises habitudes, continue Julie Charles. À Villers, nous n’avons pas de problème d’embouteillage comme dans d’autres communes, mais des soucis de vitesse. Et à part sur certaines nationales, la plupart du temps, ceux qui roulent trop vite sont les habitants du quartier ou du village d’à côté. Ces radars préventifs sont des outils complémentaires aux panneaux 50, à ceux qui annoncent la présence d’enfants qui jouent ou encore aux chicanes qui sont également aménagées pour casser la vitesse."