Depuis plus d’un an, le projet d’installation d’éoliennes à Rebecq cristallise toutes les conversations. Les riverains ont rapidement exprimé leurs inquiétudes et même si le projet a été revu à la baisse, passant de trois à deux mâts, celui-ci n'est toujours pas le bienvenu pour la plateforme citoyenne éolienne de Rebecq.

Mais ce mercredi, le dossier a pris une tournure plus officielle. En effet, Engie vient de déposer son dossier pour la construction et l’exploitation de deux éoliennes d’une hauteur de 150 m. Les fonctionnaires technique et délégué de la Région wallonne ont à présent jusqu’au 14 octobre pour déclarer ce dossier complet et recevable, ou pas. Si le dossier s’avère complet au terme de ce délai, la Commune de Rebecq organisera une enquête publique de 30 jours durant laquelle le dossier sera consultable à l’administration communale ainsi que sur le site Internet.

Bien évidemment, du côté des responsables de la plateforme citoyenne, cette nouvelle n'a pas été bien accueillie. "Malgré tout le travail que nous avons réalisé en amont, le promoteur persiste, déplore Caroline De Vos. De notre côté, nous avons appris la nouvelle sans en être prévenu. Engie avait dit qu'avant de déposer sa demande, ils en informeraient les riverains proches ce qui n'a pas été fait. Depuis les fameuses réunions du mois de mars, nous avons encore envoyé des courriers qui sont tous restés sans réponse."

Et même si le dépôt de ce dossier est un coup dur pour la plateforme citoyenne, ce n'est pas pour autant qu'elle va baisser les bras aussi facilement. "Nous n'avons jamais été dans l'abandon et nous allons prochainement nous réunir pour définir quels seront nos différents axes d'actions. Ce qui est certain, c'est que nous sommes d'attaque pour aller au bout des choses. Nous sommes prêts à y injecter les fonds, l’énergie, le temps et les moyens qu'il faut car nous sommes soutenus par de nombreux Rebecquois", conclut Caroline De Vos.