Brabant wallon Pour les défenseurs de la plaine de Boneffe, les ministres ne concrétisent pas leurs décisions.

"Bientôt plus de 180 éoliennes dans un rayon de 15 km : bienvenue en Hesbaye belge !" C’est par cette entrée en matière que le collectif citoyen "Plaine de Vie" nous interpelle, cartographie à l’appui.

"Récemment, nous avons été contactés par plusieurs riverains de la plaine de Boneffe. Ceux-ci se réjouissaient suite à l’annonce du ministre Maxime Prévost, dans la presse, de permettre l’installation des éoliennes sur les aires d’autoroutes wallonnes. Peut-être vont-ils épargner la plaine de Boneffe alors ? nous disaient-ils. Si seulement c’était si simple !"

Pour les défenseurs de la plaine, la décision du ministre d’implanter les neuf éoliennes prévues sur la plaine est en contradiction avec la déclaration de politique générale 2014-2019 adoptée par le gouvernement wallon qui précise, à propos des projets éoliens, que ceux-ci doivent être implantés le long des principales voies de transport, et de manière à respecter les normes de bruit, à limiter les impacts paysagers, à préserver les terres agricoles.

Du côté des riverains, on ne se laissera pas faire. "Les gens ne sont pas dupes", explique Plaine de Vie. "Lors de nos passages chez les habitants en vue de collecter les fonds pour mener à bien notre recours au Conseil d’État, nous avons régulièrement entendu qu’ils pointaient du doigt les effets d’annonce récurrents des décideurs, en l’occurrence Carlo Di Antonio et, récemment, de Maxime Prévost : ceux-ci semblent vouloir faire croire qu’ils les favorisent le long des autoroutes alors qu’au même moment, sans effet d’annonce cette fois, ils octroient des permis dans des lieux de haute sensibilité paysagère de Wallonie."

D’autres ironisent : "Nous sommes en 2017 après Jésus-Christ. Toute la Belgique est occupée par les éoliennes… Toute ? Non ! Car sept bourgades peuplées d’irréductibles villageois résistent encore et toujours à l’envahisseur. Et la vie n’est pas facile pour les garnisons de légionnaires d’ENECO&Consorts venus des camps retranchés de Pays-Bas et d’ailleurs…"

C’est ainsi que pourrait se résumer la saga "éolienne" qui anime, depuis bientôt une décennie, ce coin retranché de la Hesbaye appelé la plaine de Boneffe.