Après le feu vert du ministre Borsus pour cinq éoliennes, la résistance s’organise.

Au début du mois de novembre, le collège communal a pris connaissance d’un arrêté signé par le ministre wallon de l’Aménagement du territoire, Willy Borsus : le gouvernement wallon venait de décider de donner son feu vert à l’implantation de cinq éoliennes le long de la RN25. Malgré l’avis négatif remis par la commune.

Au départ, ce sont six éoliennes qui étaient envisagées par le promoteur New Wind. Mais le ministre, prenant en compte certaines objections de la commune de Genappe, avait recalé une des machines qui se trouvait très (donc trop) proche du site de l’Arbre de Promelles. Par contre, il n’y avait pas d’opposition régionale aux cinq autres filles d’Eole…

Le collège a pris un peu de temps pour décider de l’attitude à adopter. On sait en effet qu’une autre procédure de recours est en cours devant le Conseil d’État, pour un autre projet éolien assez proche. Et là, la commune intervient aux côtés des riverains. L’idée était donc, avant de réagir, de consulter ces habitants.

Le collège de mercredi matin a permis de faire le point. Les habitants, qui sont plus d’une vingtaine, ont décidé d’introduire un recours au Conseil d’État contre les cinq éoliennes de New Wind. Et le collège a estimé que cela valait la peine, de son côté, d’introduire un recours également. En tout cas, c’est la suggestion qui sera soumise au vote des élus locaux lors du prochain conseil communal.

Si les riverains ont leurs raisons propres pour combattre le projet, la commune compte de son côté faire valoir la réalisation d’un "cadre éolien", qui est en cours et a été conçu pour déterminer à la fois les zones les plus favorables et les plus acceptables pour la population afin d’implanter des éoliennes. "Avant d’obtenir les résultats de cette étude et d’avoir consulté la population, nous ne voulons pas dire oui à une demande de permis pour des éoliennes", confirme le bourgmestre Couronné.