" Ces expéditions punitives sont inquiétantes et de plus en plus fréquentes ", a requis le ministère public.

Le 14 juin 2017, en plein après-midi, la police de Wavre a été appelée pour une bagarre juste devant l’hôtel de ville. À l’arrivée de la patrouille, un jeune homme avait une plaie saignante au front, d’autres marques de coups et avait un doigt fracturé. Il avait été passé à tabac par quatre autres jeunes qui, au passage, l’avaient délesté de son GSM et de sa carte d’identité.

Avant de partir, un des agresseurs a également embarqué le vélo d’un témoin qui, vu la violence déployée, n’a pas osé réagir. Une dame a eu le temps de relever la plaque du véhicule de location à bord duquel les jeunes violents ont quitté les lieux. Ce qui a permis aux policiers de remonter leur piste et de croiser certaines informations. La voiture de location était également équipée d’une balise, ce qui a facilité les recherches.

Il est apparu que ce règlement de compte en plein cœur de Wavre faisait suite à un incident de la veille, lorsqu’une jeune fille de Wavre a eu affaire à un jeune Bruxellois de la bande urbaine dite de Versailles. Des Wavriens, dont la victime qui était encore mineur d’âge, ont pris sa défense. Le lendemain, une expédition punitive a permis de solder les comptes…

Trois prévenus - un quatrième en aveux est mineur et répondra des faits devant les juridictions de la jeunesse - étaient cités hier devant le tribunal correctionnel. Un a nié toute participation aux faits.

"Ces expéditions punitives de bandes bruxelloises en Brabant wallon, c’est extrêmement inquiétant et c’est de plus en plus fréquent : on a des faits sur le plateau de la gare à Tubize, à Braine-l’Alleud, à Wavre… C’est un gros problème ", a requis le ministère public.

Des peines de deux ans d’emprisonnement ont été demandées à charge de chacun des trois prévenus. Les avocats de la défense, eux, estiment qu’il ne s’agit pas d’une problématique de bandes urbaines mais de discussions entre jeunes, qui ont malheureusement dégénéré…

Le tribunal rendra son jugement le 17 décembre.

V.F.