D’accord, certains vous expliqueront qu’en cherchant un peu, on peut toujours se garer gratuitement à Braine-l’Alleud. Comprenez en zone bleue, pour rester deux ou trois heures selon les endroits, à condition de ne pas oublier de placer son disque derrière le pare-brise et échapper aux redevances de CityParking.

Il est vrai que dans cette zone bleue dont les limites ont été fixées après la mise en service des parkings (payants) de la SNCB, on trouve le grand parking de la place Albert 1er (60 places), le parking Baron Snoy (85 places), celui de la Grand-Place (40 places), de la Cure (75 places), de la Goëtte (193 places), du pont Courbe (242 places) et de l'école des Arts (77 places). Encore faut-il trouver des emplacements libres sans trop tourner.

Désormais, la solution est dans votre smartphone. Jeudi, la commune et la société CityParking ont présenté l’application Smartparking Braine-l’Alleud » qui serait une première en Wallonie. C’est la société qui gère le stationnement en ville qui l’a développée, à la demande du collège brainois.

Concrètement, après avoir téléchargé l’application sur un iPhone ou un appareil Androïd - les deux versions sont disponibles -, l'utilisateur peut prendre connaissance, à distance et en temps réel, de l’état d’occupation des sept grands parking brainois.

Une carte du centre-ville s’affiche sur l’écran et indique la localisation de ces parkings, en utilisant pour chacun un code couleur en fonction du degré de saturation. En clair, si c'est vert, on peut y aller sans problème. Orange, c’est toujours envisageable mais mieux vaut ne pas trainer, et rouge, pas la peine d’essayer.

Si on zoome, le parking apparait en grand et permet de localiser les emplacements disponibles par rapport aux autres. On peut donc se diriger directement vers la partie qui est moins occupée. L'utilisateur peut aussi se faire indiquer l’itinéraire direct, via Google Maps ou Waze, pour aller de sa position au parking qu'il a choisi.

Pour faire fonctionner cette appli, CityParking a installé dans les sept parking des caméras reliées à une intelligence artificielle et les images sont rafraichies toutes les cinq minutes.

Revers de la médaille, les caméras pourront aussi servir à la société pour se rendre compte que certains véhicules garés sur place restent davantage que les deux heures ou les trois heures autorisées en zone bleue.

« On ne peut pas instaurer des règles sans les contrôler, indique l’échevin de la mobilité, Henri Detandt. L’application nous permettra aussi d’avoir des statistiques d’utilisation de nos grands parkings, ce qui peut servir pour une meilleure gestion. »

A propos de mobilité, l’échevin a aussi indiqué que le projet d’installation de 50 bornes de recharge électrique rapide (22 kW) un peu partout sur le territoire communale avance bien: l’adjudicataire pour l’aménagement des emplacements et l'installation des gaines sera désigné dans quelques jours. Une fois ce travail réalisé, la commune concèdera les place à un opérateur privé, chargé d’exploiter les bornes.

V. F.