Une dame qui attendait un bus, le 10 août dernier à proximité de la gare de Nivelles, a eu la peur de sa vie. Un homme a tiré avec une arme dans sa direction et a fait exploser la vitre de l’abribus où elle se trouvait. Des témoins ont averti la police et ont pu décrire le tireur et la manière dont il était habillé, ce qui fait qu’il a été intercepté rapidement à proximité.

Florent T. est loin d’être un inconnu de la police et des autorités judiciaires. Sur lui, les policiers ont retrouvé non seulement le puissant pistolet à billes qu’il venait d’utiliser, mais aussi un couteau de chasse avec une lame de 20 centimètres.

Avant l’incident, plusieurs personnes l’avaient vu se promener sur le plateau de la gare, faisant des allers et retours avec la main à la ceinture, et quelques témoins avaient aperçu son arme. Les images des caméras de surveillance ont confirmé cet étrange manège.

Une fois interpellé, le prévenu a indiqué qu’il avait été menacé plus tôt dans la journée par quatre personnes qui se trouvaient dans une voiture, alors qu’il allait acheter une canette dans un magasin de proximité. Il était stressé par les menaces entendues et est retourné chez lui pour se munir du pistolet à air comprimé et du couteau de chasse.

D’après ce qu’il a affirmé durant l’enquête, il avait bu et lorsqu’il a vu la dame dans l’abribus, il a pensé reconnaitre en elle une des personnes qui se trouvait dans la voiture. Il a alors tiré « pour faire peur ».

« Je regrette, je présente mes excuses », a-t-il affirmé mercredi devant le tribunal correctionnel. Où il a changé quelque peu sa version, affirmant n’avoir pas vraiment visé et n’avoir pas vu qu’une dame se trouvait dans l’abribus. L’avocat de la défense a indiqué que son client, à cause de son passé, vivait dans un climat de peur et même de paranoïa.

Le ministère public, qui a souligné le passé judiciaire du Nivellois, a requis deux ans de prison. Jugement le 18 novembre.