Brabant wallon L’augmentation prévue est de 7,9 % d’ici 2030 alors que d’autres provinces culminent à 21,1 % !

Durant les deux dernières législatures, le fonds des communes a bénéficié de l’indexation et d’un pour cent de refinancement chaque année. Mais une question se pose pour André Antoine (CDH). "Est-ce que le gouvernement wallon va donner encore 1 % en plus, sachant que les dépenses des communes sont en augmentation de 2,8 % ?"

Le fonds des communes se base sur deux critères : un socle historique qui disparaît et qui protégeait les communes du Brabant wallon. "L’autre corbeille, ce sont les impositions fiscales et les impôts. Or on sait qu’en Brabant wallon, on paye moins d’impôts, donc on reçoit moins aussi qu’ailleurs. Si le Brabant wallon veut maintenir sa part de ce côté, il n’a d’autre choix que d’augmenter ses impôts !"

Enfin, se pose la question du critère de logements. "Les communes qui atteignent les 10 % de logements publics reçoivent un bonus, continue l’ancien bourgmestre de Perwez. Le souci, c’est que la population augmente plus vite qu’ailleurs. Si par exemple, j’ai une commune qui dispose de 320 logements publics pour une population de 3 000 habitants, la norme ne sera plus respectée si un millier de nouveaux ménages arrivent. À titre d’exemple, Chastre est repassée sous la barre des 10 % à cause de la pression foncière. Ce n’est pas toujours la faute des communes."

En attendant, c’est une situation qui pourrait avoir des répercussions négatives sur la Jeune Province et ses habitants. "Le Brabant wallon évolue moins vite que ses homologues (7,9 % contre 14 % en moyenne). Elle va donc recevoir moins de solidarité wallonne et devoir trouver en son sein de nouvelles recettes ou revoir certaines dépenses pour compenser cette évolution moins positive", conclut André Antoine.