Ce mardi soir, les conseillers communaux de Genappe sont convoqués par le collège à la salle polyvalente, où se déroulera leur réunion mensuelle. On se souviendra que le mois dernier, sur l’impulsion d’Ecolo, l’ensemble des partis de la minorité avaient boycotté la séance, pour protester contre la poursuite des conseils communaux en présentiel.

À l’heure où les élus doivent donner les exemples, les Verts estimaient particulièrement inadéquat que ces réunions soient maintenues en intérieur, même si la salle est vaste et que des distances importantes sont respectées entre chaque personne présente.

Les citoyens, eux, peuvent suivre les débats non pas sur place, mais via une diffusion en direct sur les réseaux sociaux, grâce à une société à laquelle la Ville fait appel.

Après cette première action forte de protestation de la part de la minorité, le collège a réagi le 19 avril, en annonçant… un nouveau conseil communal en présentiel pour ce mardi soir.

Chaque conseiller est évidemment libre de répondre positivement ou pas à la convocation qui lui est envoyée, avait alors précisé le collège du Lothier. Toutefois, nous rappelons que les réunions en présentiel des conseils communaux ne sont pas interdites par le législateur : elles sont donc parfaitement légales et autorisées. Nous prenons bien sûr la santé de nos conseillers communaux en considération. Voilà pourquoi les réunions sont organisées dans la salle polyvalente.”

Et d’ajouter que dans la mesure où la Ville respecte la loi, elle ne voit pas très bien quel “signal négatif” elle enverrait vers les citoyens, comme l’opposition lui reproche de le faire…

Manifestement, tout cela ne convainc guère Ecolo. Ce lundi, le groupe a dénoncé dans un communiqué la “position autoritaire” du bourgmestre Gérard Couronné, en annonçant que les élus verts ne viendront pas mardi soir.

Seule la cheffe de groupe, Anne Beghin, sera présente en début de séance pour expliquer la position d’Ecolo et participer, le cas échéant, à un débat sur le sujet. Pour elle, la position figée du collège confisque la démocratie à Genappe en privant le conseil communal des remarques et suggestion des élus de l’opposition.