Si les fondateurs de la liste PluS à Genappe sont socialistes, ils ont décidé de jouer l’ouverture et sur les affiches à dominante rouge, la couleur du numéro du candidat permet d’identifier sa tendance : deux se disent proches du MR, un de Défi, et trois du CDH. "Nous sommes une liste réellement pluraliste", clame le président de l’USC et tête de liste, Alain Mathieu, qui n’hésite pas à annoncer des objectifs plus qu’ambitieux : au minimum six sièges - le PS en a 3 en ce moment et sa tête de liste de 2012 Jean-François Mitsch sera sur une autre liste - affirme la tête de liste, vu la "qualité des candidats et du programme".

Un programme qui se penche notamment sur le bien-être animal avec la présence à la sixième place de Nathalie Descy, bénévole à l’Arche. D’autres axes évoquent une meilleure participation des citoyens aux décisions, un budget participatif, l’accès au logement pour les jeunes, l’écosocialisme, la suppression de la taxe sur les égouts, la mise en valeur du patrimoine local…

Mais le cheval de bataille de PluS, c’est l’enseignement et le leitmotiv dans ce domaine est la gratuité totale. Gratuité pour les fournitures scolaires de base, les excursions, les cours de natation, la garderie et également les repas du midi.

Délicat lorsqu’on sait que dans le même temps, la liste est opposée à toute hausse d’impôt ? Les responsables s’en défendent en expliquant que leur proposition a été chiffrée, en prenant en compte le montant actuel des dépenses et le nombre d’enfants inscrits dans les écoles communales.

Cette gratuité annoncée pour les parents coûterait à la collectivité environ 700.000 euros par an. "C’est parfaitement faisable sur une mandature : le bourgmestre le dit souvent, il existe des réserves confortables. On a l’impression que pour l’instant, l’objectif de la majorité est de thésauriser, argumente Alain Mathieu. Les moyens nécessaires pour appliquer cette gratuité de l’enseignement qui est notre leitmotiv existent, il suffit d’avoir la volonté politique." V. F.