Le président du CPAS de Genappe a décidé de faire appel à la générosité sur Facebook.

Au lendemain de Noël, Vincent Girboux, le président du CPAS de Genappe, a été sollicité par une famille de la localité. Une famille en situation financière délicate, et qui était confrontée à un souci difficile à gérer : un jeune homme de 23 ans, appartenant à cette famille mais domicilié à Charleroi, vient de décéder d’une tumeur au cerveau.

À Charleroi, il n’a droit qu’à des "funérailles d’indigent" selon la loi. C’est-à-dire un enterrement plus que basique. Le défunt souhaitait reposer à Genappe, aux côtés d’un de ses neveux décédé très jeune de la même pathologie. Ce qui suppose un coût que la famille ne peut pas assumer, et le CPAS du Lothier ne peut pas légalement intervenir, même à titre exceptionnel, puisque le jeune homme était domicilié dans une autre localité…

Finalement, Vincent Girboux a imaginé une solution alternative, en accord avec la famille : lancer un appel aux dons sur Facebook, en expliquant la situation et le souhait des proches. Une démarche qui n’était pas faite au nom du CPAS, mais en tant que personne occupant une fonction de confiance.

L’objectif était de collecter au moins 2 500 euros sur un compte permettant de régler directement les factures, et il a été atteint dès vendredi midi. Les pompes funèbres Taburiaux ont également fait un geste (en offrant certains frais) et les dons devraient permettre de financer les funérailles et l’octroi d’une concession de 25 ans. S’il reste un solde, il servira pour l’acquisition d’une pierre tombale. "C’est une collecte de fonds qui a trouvé un écho important dans la population, à Genappe mais aussi dans la région, indiquait vendredi Vincent Girboux. La famille remercie tous ceux qui ont fait un geste : elle est profondément touchée. C’est une expérience qui m’a fait réfléchir, peut-être à la création d’une petite association pour aider dans ce genre de cas difficiles. Il faudrait aussi, à plus long terme, un travail parlementaire pour revoir la loi sur les enterrements d’indigents."

V.F.