Brabant wallon Un courrier avec une pétition de plus de 3 100 signatures demande la régularisation de la famille afghane.


C’est ce dimanche à 10 h au départ de la cour de l’école communale de Grez-Doiceau que la seconde marche de soutien à la famille Yusufi sera organisée. Pour la première, la mobilisation avait été importante.

Cette fois, ce sont des personnalités qui apportent leur soutien à cette famille, en signant un courrier adressé Maggie De Block et Charles Michel, demandant, conformément à l’article 9 Bis de la loi du 15 décembre 1980, permettant au pouvoir discrétionnaire une régularisation à titre exceptionnel, de statuer en faveur de la famille Yusufi et lui garantir une vie digne en Belgique

Parmi les signataires, Laurence Bibot, Véronique Gallo, Philippe Geluck, Axelle Red, Éric-Emmanuel Schmitt, mais aussi Bernard De Vos, délégué général aux droits de l’enfant, Riet Dhont, Amitié sans frontières ou encore Philippe Hensmans, directeur d’Amnesty International Belgique.

La famille Yusufi est originaire d’Afghanistan. Elle fait partie de la communauté Hazara, aujourd’hui directement menacée par les talibans et l’État islamique. Installés depuis quelques années en Brabant wallon, les parents Yusufi et leurs cinq enfants font partie de la vie de notre région. Trois des enfants sont scolarisés à l’école primaire de Grez-Doiceau, ils sont réputés pour être des élèves assidus et exemplaires. Grâce aux formations qu’ils suivent à Jodoigne, les deux adolescents de la famille se projettent enfin dans un futur positif. Quant aux parents, ils suivent des cours de français et ont déjà reçu des promesses d’embauche une fois leur statut régularisé.

En cas de retour forcé dans leur pays d’origine, la famille Yusufi serait donc en danger de mort en Afghanistan.