Nouveau coup dur pour la majorité de Grez-Doiceau. Son projet de reconstruction du Home Renard dans une zone agricole située entre la ruelle des Foins et le sentier des Cinq Bonniers a été à nouveau recalé, cette fois par le ministre de l’Aménagement du territoire Willy Borsus (MR). La commune avait introduit un recours suite au refus de permis de la fonctionnaire déléguée en décembre dernier. Le ministre a recalé le projet de maison de repos et de soins de 97 lits ce lundi, malgré l’avis favorable de la commission de recours.

"C’est la déception parce que c’est un refus de permis après un travail mené durant deux ans tambour battant, se désole Benoît Magos, président du CPAS grézien. Mais je ne suis pas découragé, le ministre que j’ai eu en ligne est ouvert à nous rencontrer avec son administration et la fonctionnaire déléguée. Il faudra changer des éléments du dossier mais ce n’est pas une fin de non-recevoir."

Le ministre Borsus suit les remarques formulées par la fonctionnaire déléguée dans son avis sur le projet, rendu il y a quelques mois. Il estime en effet que "son implantation, au sein d’une zone agricole dont l’intérêt paysager est évident, n’est pas justifiée" et que le gabarit du bâtiment entraînera des nuisances sonores et visuelles pour le voisinage, et des soucis de mobilité. Willy Borsus ajoute que "les caractéristiques architecturales massives et dominantes de l’ensemble bâti projeté s’inscrivent en rupture avec la typologie simple, mesurée et équilibrée du bâti local." Il souligne toutefois que "le projet répond effectivement à un besoin en équipement communautaire et d’utilité publique".

De son côté, la commune n’entend pas introduire de recours au Conseil d’État et privilégie plutôt une adaptation du dossier. "Le recours est une démarche stérile, et nous n’avons pas l’opportunité d’ajouter beaucoup d’éléments dans le dossier, estime le président du CPAS. Je préfère évaluer le dossier avec ce que l’administration nous demande et qu’on ait une base de discussion, plutôt que d’aller au forcing." La commune devrait soumettre une deuxième demande de permis d’ici six mois voire un an.