WAVRE

Les 27 communes de la province vont dépenser plus de neuf millions d’euros rien que cet hiver

HIVER 2010 L’hiver s’est officiellement terminé il y a un peu plus d’une semaine. Et les températures douces ont refait leur apparition, au plus grand plaisir des promeneurs qui désespéraient de voir enfin arriver le printemps. Car les conditions climatiques hivernales – qui avaient provoqué d’importants embarras de circulation il y a quelques semaines – se sont prolongées, minant le moral des Brabançons wallons.

Et, si quelques gelées matinales sont encore à prévoir avant l’été, on ne devrait plus connaître de période de gel intense ou d’importantes chutes de neige, comme cela l’avait été en janvier et février dernier.

Les ouvriers s’attaquent désormais à l’enfleurissement des communes et les camions d’épandage ne devraient donc plus sortir qu’occasionnellement avant l’hiver prochain. En plein cœur de l’hiver, il ne se passait pourtant pas un jour sans que ceux-ci ne quittent leurs dépôts.

À Mont-Saint-Guibert, par exemple, les ouvriers communaux sont sortis à 51 reprises pour saler préventivement les routes ou les déneiger. À Per- wez, cela représente 326 heures de travail, dont la majeure partie réalisée de nuit. Et donc forcément plus onéreuse.

Désormais, c’est donc l’heure des comptes (Voir infographie). Au total, en Brabant wallon, ce sont 10.095 tonnes de sel (ou substitut) qui ont été épandues sur les routes entre décembre et mars. Soit un coût total de 1,45 million d’euros, achat du sel et main d’œuvre compris.

Un montant important qui varie en fonction des communes. Braine-l’Alleud est ainsi la commune qui a épandu le plus de sel sur ses routes : 1.240 tonnes pour un montant de 161.374 €.

Avec l’arrivée des températures douces, les communes vont donc aussi pouvoir s’atteler à la réparation des voiries, particulièrement touchées lors de cet hiver. Et si un subside de la Région wallonne de huit millions d’euros a été accordé la semaine dernière par le ministre des Pouvoirs locaux, Paul Furlan, les 27 communes ont aussi débloqué un montant de 7,9 millions d’euros pour réparer leur réseau routier.

La palme revenant aux communes d’Ottignies-LLN et Rixensart. Pour ces communes, le montant est à relativiser puisqu’il englobe aussi le budget prévu pour la réparation des voiries dégradées avant l’hiver.

Enfin, il est à noter que certaines communes sont actuellement en cours de recensement des réparations à effectuer et qu’elles n’ont donc pas encore déterminé de budget précis. Il en va ainsi de Braine-le-Château, Nivelles, Villers-la-Ville et Walhain.



© La Dernière Heure 2010