Une candidate jurée qui a expliqué que son mari rentrait d’Italie du Nord a été dispensée.

C’est ce jeudi que la cour d’assises du Brabant wallon entamera l’examen du dossier de Geneviève Hayet, une habitante de Lasne âgée de 58 ans poursuivie pour avoir tué sa mère en 2018. Mais elle s’est déjà réunie lundi pour tirer au sort les jurés qui plancheront sur cette affaire. Alors qu’habituellement, 100 citoyens sont convoqués par la justice, 20 candidats jurés supplémentaires avaient été prévus à la demande du président Thierry Weerts.

Une des candidates jurées a indiqué qu’elle gérait une petite entreprise familiale et que son mari ainsi que son fils étaient récemment rentrés d’un salon professionnel en Italie du Nord. Ils n’ont pas de symptôme mais font l’objet d’une surveillance et le président a accordé la dispense demandée par cette dame.

D’autres motifs de dispense ont été accueillis, la cour se montrant assez large en ce qui concerne les raisons professionnelles invoquées par certains citoyens. Une avocate du barreau du Brabant wallon, expliquant qu’elle connaissait ses confrères qui plaident dans cette affaire, a également été dispensée.

Finalement, ce sont huit femmes et quatre hommes qui ont été retenus au terme du tirage au sort. Vu le contexte sanitaire incertain, bien que le procès ne durera que cinq ou six jours, le président a suivi la suggestion du ministère public et a prévu trois jurés suppléants. Trois jurées, puisque toutes trois sont des dames.

Mes Pierre Deutsch et Célia Dierick défendront l’accusée tandis que les intérêts des parties civiles seront défendus par Mes Pierre Chomé et Faiza Ezzarbaoui. L’accusation sera soutenue par la substitut du procureur du Roi du Brabant wallon, Stéphanie Bonté, déléguée au parquet général.