En juin 2020, une étrange affaire avait occupé les policiers de la Mazerine. Un sexagénaire sans document d’identité disait être amnésique et personne ne pouvait dire qui il était et quelle était son histoire. Mais quelques jours plus tard, il est apparu qu’il s’agissait d’un ressortissant espagnol, contre qui une dame de Lasne qui l’avait hébergé a déposé plainte, l’accusant de l’avoir escroquée de 130.000 euros.

L’homme était par ailleurs déjà connu en France et en Espagne pour des faits du même type, et il faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen. Les experts qui l’ont examiné ont déterminé qu’il n’était pas du tout amnésique, mais qu’il simulait.

Détenu depuis, il est venu s’expliquer il y a quinze jours devant le tribunal correctionnel. Il a indiqué qu’il donnait des cours d’investissement en Espagne, y compris à du personnel des banques. Mais qu’il avait quitté le pays parce qu’il était excédé par les pratiques des banques qui investissent l’argent des gens et gardent pour elles le profit réalisé.

C’est sans doute un peu compliqué : il est passé ensuite par la France, puis par la Russie avant de venir en Belgique, où il a habité chez la Lasnoise qui a déposé plainte contre lui. A suivre le prévenu, il n’a fait que lui conseiller certains placements boursiers intéressants mais elle avait trop peu d’argent à investir.

Elle avait promis de mettre en vente un camping qu’elle possède en France pour avoir davantage de fonds. Alors oui, le temps que cet argent arrive, pour qu’elle ne renonce pas à ces placements, il lui a présenté un tableau Excell lui faisant croire à des profits plantureux. Et il lui a montré de faux emails d’un broker internationalisent connu qui disait que ses comptes avaient été piratés, et demandait la confidentialité le temps de régler le problème…

“C’était pour ne pas me retrouver à la rue”, a-t-il affirmé. Le tribunal estime qu’il y a bien eu faux et usage de faux, et inflige huit mois d’emprisonnement.