Brabant wallon Un an requis pour faux et usage de faux à l’encontre d’un Néolouvaniste

Le 5 octobre dernier, un candidat s’est présenté au centre d’examen de Louvain-la-Neuve afin de passer les épreuves lui permettant d’obtenir son permis de conduire. Mais, suite à un problème administratif, cela n’a pas pu être mis en place.

Visiblement fâché de la situation, le jeune homme a fait de l’esclandre mais cela n’a pas suffi. Et un nouveau rendez-vous a été pris, le 20 octobre. Mais à cette date, le personnel du centre a alerté la police. Le candidat venu avec les papiers d’identité de la personne concernée n’était pas celui qui avait fait un scandale un peu moins de trois semaines auparavant.

Les policiers sont venus et se sont rendu compte que l’homme qui voulait passer les examens était Tawfik, le frère du vrai candidat.

Et les deux frangins sont assez connus de la police locale pour s’échanger leurs identités : le problème s’est déjà présenté lors de certains contrôles…

Tawfik est-il meilleur conducteur que son frère qui n’avait pas encore passé le permis ? Il est permis d’en douter au vu de ses antécédents judiciaires. Outre une peine de prison sérieuse infligée en France, il a été condamné à vingt-cinq reprises par le tribunal de police. Et en additionnant toutes les déchéances dont il a écopé, il ne peut récupérer son droit de conduire qu’en… 2021 !

Obtenir un nouveau permis au nom de son frère et y apposer sa photo, était-ce le but de la manœuvre ? Le Néolouvaniste s’en est défendu hier devant le tribunal correctionnel. Il a expliqué que son frère était à l’étranger le jour du rendez-vous fixé au centre d’examen de Louvain-la-Neuve. Sans que son frangin soit au courant, il voulait lui rendre service en obtenant le permis à sa place…

Du côté du ministère public, on a dit hier à l’audience ne pas croire un seul instant à cette version de l’histoire. Et vu les antécédents du gaillard, c’est une peine d’emprisonnement d’un an pour faux et usage de faux, additionnée d’une solide amende, qui a été requise par le substitut. Le tribunal rendra son jugement le 18 avril.