Ayant besoin d’une voiture pour entamer sa vie professionnelle, un habitant de Walhain âgé de 20 ans n’avait pas de quoi acheter un bolide flambant neuf. Il a fouillé le marché de l’occasion sur Internet et est tombé sur une petite Polo "non importée" qui affichait 105 000 kilomètres au compteur.

Le vendeur était prêt à la céder pour un peu moins de 5 000 euros. Il a proposé au potentiel acquéreur de venir la voir et l’essayer sur un parking du côté de Hal, son adresse privée étant trop compliquée à trouver.

L’affaire a été conclue, et le Walhinois a reçu les papiers du véhicule ainsi qu’une facture d’entretien dans un garage d’Anderlecht, prouvant que tout était en ordre et que le kilométrage affiché était correct.

Mais trois jours plus tard, la Polo a montré de sérieux signes de faiblesse. L’acheteur est allé chez un garagiste qui, sur base du numéro de châssis, a découvert que le véhicule avait été importé d’Allemagne et avait déjà 317 000 km lors de son dernier entretien.

Une plainte a été déposée et le vendeur a été identifié. Il n’était pas là devant le tribunal correctionnel pour s’expliquer mais aux enquêteurs, il a expliqué qu’il agissait pour le compte de son frère. Ce dernier, lui, affirme n’être au courant de rien : il était à l’étranger lorsque l’opération s’est réalisée et son frangin lui fait souvent des coups tordus.

Le tribunal a mis les frères sur le même pied dans le jugement rendu vendredi : un an d’emprisonnement et 800 euros d’amende pour chacun.