BRUXELLES

Bruxelles résiste à la crise malgré une baisse des prix de vente

IMMOBILIER Les notaires ont clairement ressenti une baisse de leurs activités dans le courant 2009 : le nombre de transactions, pour toutes catégories de biens, a diminué de 15 à 20 %.

C’est ce qui ressort de la conférence de presse organisée par les ventes notariales de Bruxelles (NVN), qui présentaient mardi les prix de vente obtenus tout au long de 2009 pour le marché immobilier bruxellois.

L’étude présente sept catégories. Les maisons unifamiliales (1re catégorie) connaissent une diminution des prix obtenus de 6,5 % et les maisons de commerce et de rapport (2e catégorie) connaissent une baisse de 5 % par rapport à 2008 pour les 19 communes de Bruxelles.

Les prix de vente des appartements une chambre (3e catégorie) diminuent seulement de 2,7 % en moyenne pour treize communes bruxelloises et ceux des appartements de deux chambres (4e catégorie) enregistrent une baisse de 0,4 % en moyenne tandis que les appartements de trois chambres ou plus (5e catégorie) présentent même une légère hausse des prix de vente de 0,3 % pour neuf communes bruxelloises.

“Ces chiffres peuvent s’expliquer par le fait que les appartements intéressent beaucoup plus les petits investisseurs, déçus par le manque de performance des placements bancaires et par les prix des maisons jugés trop chers” , explique Robert Langhendries, notaire à Uccle.

Les 6e et 7e catégorie représentent les garages et les terrains qui sont des biens rares et donc chers. Leurs chiffres ne permettent pas réellement de tirer des conclusions ou des évolutions. Globalement, toutes les catégories confondues ont baissé d’environ 4,5 % par rapport à 2008, mais les affaires repartent à la hausse depuis fin 2009.

“C’est surtout début 2009 que les vendeurs et les acquéreurs ont marqué un certain attentisme. À partir du mois d’avril, la confiance est revenue” , a déclaré Gaëtan Bleeckx, notaire à Saint-Gilles.

Il souligne par ailleurs qu’en 2009, souvent présentée comme l’année de tous les dangers, le marché ne s’est pas effondré et ils entrevoient pour 2010 une année “en équilibre” pour les vendeurs et acquéreurs.



© La Dernière Heure 2010