Brabant wallon

La police d'Ottignies-Louvain-la-Neuve dévoile les dessous de cette enquête de longue haleine.


Il y a quelques jours, nous évoquions un vaste trafic de drogues démantelé par la police d’Ottignies-Louvain-la-Neuve. Celle-ci a dévoilé les détails de l'enquête qui s'est étalée sur plusieurs mois et a nécessité le renfort d'autres zones de police.

Les trafiquants d’origine polonaise opéraient depuis Anvers et approvisionnaient en drogue douce et dure les rues de Louvain-la-Neuve notamment en s’appuyant sur la complicité de Néo-louvanistes et d’un point de distribution dans un établissement Horeca situé sur la dalle. Ce sont les recherches des fins limiers ottintois effectuant des recoupements et des devoirs d’enquête pendant plus de 4 mois qui ont permis de passer à une phase d’intervention le 13 mars dernier.

L’opération dénommée « Calzone » tenue secrète et sous la direction d'une juge d’instruction a été coordonnée par la police d’Ottignies et a nécessité la collaboration d’autres enquêteurs brabançons et des collègues de la police judiciaire de Nivelles tant le nombre de perquisitions et de personnes à arrêter était important. La zone de police d’Anvers et les zones limitrophes de Zwijnrecht et Borsbeek ont également prêté main forte.

L’opération commencée aux petites heures de la nuit a ainsi mobilisé 94 policiers qui sont intervenus en deux vagues pour effectuer 11 perquisitions, 6 à Anvers, 4 à Louvain-la-Neuve et 1 à Perwez. En fin de journée, le bilan était positif et plus de 26.000 euros en cash ont été saisis ainsi que 112 plants de cannabis, plus de 4 kg et demi de fleurs de cannabis, des petites quantités de résine de cannabis et de cocaïne.

En plus de matériel de plantation, de préparation pour le trafic, des armes prohibées et d ‘autres objets utiles pour l’organisation de ce trafic, 9 personnes ont immédiatement été privées de liberté.

La juge d’instruction sur base des éléments recueillis a finalement délivré 7 mandats d’arrêt et une personne a été relaxée sous condition. La chambre du Conseil qui a examiné l’affaire dans les jours qui ont suivi a confirmé la détention préventive de 4 polonais et de 2 brabançons. Un troisième brabançon a été relaxé sous conditions strictes.

Les suites d’enquête se poursuivent au sein de la police d’Ottignies Louvain-la-Neuve mais ne devraient plus nécessiter un tel engagement.