Après 24 heures d’angoisse et de recherches intensives, Mireille, qui avait disparu samedi après-midi à Nethen (Grez-Doiceau), a été retrouvée. La Grézienne de 73 ans a été retrouvée dimanche, vers 18 heures, du côté de Pécrot. En hypothermie mais pas blessée, elle a été transférée à la clinique Saint-Pierre d'Ottignies.

Sans prévenir et sans avoir pris d'affaires, la septuagénaire avait quitté son domicile de la rue du Peigne D'Or samedi après-midi, alors que son mari se trouvait à l’étage. Un comportement qui n’est pas dans ses habitudes, selon ses proches. Suite à cette disparition suspecte, la famille a immédiatement lancé un appel sur les réseaux sociaux et organisé une battue dans les bois pour tenter de retrouver la septuagénaire. Une cinquantaine de Gréziens se sont rapidement mobilisés pour ratisser les environs. La battue s’est poursuivie vainement jusqu’à 3 heures du matin.

Dimanche matin, la famille a pu compter sur l’appui de la police locale des Ardennes brabançonnes, elle-même renforcée par la "cellule personnes disparues" de la police judiciaire et de la protection civile. Le dispositif était impressionnant : vingtaine de policiers, des chiens pisteurs, drones et un hélicoptère ont été déployés. Parallèlement, les habitants ont repris les battues dès 11 heures et ce jusqu’à 18 heures. Ils étaient une centaine au total, d’après Ludovic.

Les recherches ont finalement payé : Mireille a été retrouvée, fort affaiblie mais indemne, dans une cabane à Pécrot. Elle a été emmenée à l’hôpital de Louvain. Les raisons qui l’ont poussée à fuguer sont encore floues à l’heure d’écrire ces lignes, mais la famille a poussé un grand ouf de soulagement ce dimanche soir. Et tient à remercier toutes les personnes mobilisées durant ces longues 24 heures. "Malgré les circonstances et le contexte Covid, le village s’est retrouvé et ça nous a fait énormément de bien de revoir des gens. Des gens ont fait des soupes et des tartes pour ceux qui cherchaient. On a vraiment un village extraordinaire", salue Ludovic.