L'organisation d'un tel débat avait été sollicitée par le groupe cdH, dès le 24 février, jour où Moscou avait lancé à l'aube l'invasion de l'Ukraine. Si la demande avait d'abord été rejetée, selon le chef de groupe François Desquesnes, la situation a entre-temps évolué et une séance sera donc consacrée au conflit et à ses implications wallonnes le mercredi après-midi. Il s'agit tout d'abord de voir comment "exprimer la solidarité de la Wallonie envers l'Ukraine" et d'examiner les efforts concrets qui peuvent être réalisés, en termes de fournitures humanitaires par exemple, selon François Desquesnes.

Mais les élus humanistes souhaitent aussi interroger les ministres compétents (le ministre-président Elio Di Rupo, mais aussi ceux en charge de l'Économie et de l'Agriculture, Willy Borsus, et des Aéroports, Adrien Dolimont) sur les impacts économiques que le sud du pays devrait ressentir à la suite des sanctions européennes, et les soutiens prévus pour les secteurs touchés. François Desquesnes évoque par exemple le secteur agricole, avec des producteurs de fruits (poires) qui exportent habituellement vers la Russie, ou encore l'aéroport de Liège qui a d'importantes connexions avec la Chine et pourrait souffrir de la fermeture de l'espace aérien russe aux appareils européens.