Brabant wallon Laetitia, une jeune ittroise, a bien failli être la victime d’un maître imprudent !

Jeudi vers 17h, Laetitia, une jeune ittroise, a eu la peur de sa vie. On peut même dire qu’on n’est pas passé loin du drame, voire même de la catastrophe alors qu’elle se baladait tranquillement avec son chien, un petit Jack Russell. “ Elle était en train de se promener avec notre chien et rentrait à la maison dans la rue Dujacquier (Ittre) quand elle a vu un Monsieur, (qui, visiblement, d’après les échos que l’on peut lire sur les réseaux sociaux, est particulièrement connu dans le quartier et pas pour de bonnes raisons), sortir de sa maison avec son chien”, explique Déborah, la sœur de Laetitia.

Voulant éviter les soucis tant pour elle que pour son animal, la jeune fille a changé de trottoir. “Ce Monsieur s’est arrêté pour discuter avec une autre personne et il n’a pas réagi lorsque son chien n’arrêtait pas d’aboyer en direction de ma sœur et de tirer sur sa laisse.

Et ce qui devait arriver arriva : le chien a réussi à s’enfuir et s’est précipité vers la jeune fille et son Jack Russell. “Ce chien, de type berger malinois, a essayé de mordre notre chien et a même sauté dessus. Par réflexe, ma sœur a pris notre Jack Russell dans ses bras et par chance, elle n’a pas été mordue.

Le plus grave dans cette histoire qui aurait pu virer au carnage, c’est que le propriétaire du berger malinois qui s’est enfui n’aurait même pas réagi lorsque son animal s’est fait la malle ! “Ce Monsieur ne s’est même pas dépêché pour venir rechercher son chien et lorsqu’il est arrivé près de ma sœur, il ne s’est même pas excusé et il est reparti comme si de rien n’était”, déplore Déborah.

Pour sa sœur, même si elle n’a pas été mordue ni blessée, cette agression l’a particulièrement traumatisée. “Elle n’ose plus aller promener le chien dans la rue Dujacquier et elle est clairement en état de choc. Cette personne a lâché son chien et n’a même pas réagi. De mon côté, je voulais dénoncer cette situation pour prévenir et surtout alerter toutes les personnes qui se baladent dans le quartier de se méfier de cet homme”, conclut Déborah.