Brabant wallon Quarante jours de prison avec sursis après une arrestation mouvementée.


Quadragénaire habitant en Hainaut, Nathalie ne se souvient pas vraiment de ce qu’elle a fait, le jour de Noël en 2018. Certains policiers de Nivelles, par contre, ne l’ont pas oubliée et ce 25 décembre agité a valu à cette dame de se retrouver sur le banc des prévenus du tribunal correctionnel. Où elle était poursuivie pour rébellion et outrages envers trois policiers.

Le jour des faits, elle était manifestement ivre sur la voie publique et dès que les policiers se sont dirigés vers elle, elle les a insultés. Il n’y avait visiblement pas moyen de régler l’intervention en la ramenant calmement chez elle, et Nathalie s’est donc retrouvée au poste. Où elle a tenté de donner des coups de pied, a craché au visage d’une inspectrice, tout en l’insultant. Elle a aussi abaissé son pantalon et relevé sa blouse en plein commissariat.

Entendue plus tard, une fois les brumes de l’alcool dissipées, elle a expliqué qu’elle avait un problème lorsqu’elle boit : elle "déconnecte" complètement et ne se maîtrise plus. Pour ce qui est des faits précis à Nivelles, elle ne se souvenait de rien. "J’avais appris de mauvaises nouvelles ce jour-là, et j’ai bu, a-t-elle confessé devant le tribunal. Je reconnais ce qui s’est passé, il n’y a pas grand-chose à dire. Je suis désolée."

Le jugement qui vient d’être rendu affirme que l’attitude de la prévenue vis-à-vis des forces de l’ordre est inadmissible. Le tribunal tient compte des regrets exprimés à l’audience mais aussi des antécédents de l’intéressée. Elle écope de 40 jours de prison et d’une amende de 400 euros. Un sursis est accordé mais pour l’emprisonnement uniquement, et il est probatoire.