Confectionner des masques : voilà une tâche à laquelle se sont attelés de nombreux citoyens. Et Jodoigne ne déroge pas à la règle. Cheffe de projets Plan de cohésion sociale, Dominique Evrard et son équipe ont mis sur pied plusieurs ateliers visant à confectionner des masques à destination de seniors. "Dès le premier confinement, nous nous sommes lancés à la recherche des bénévoles pour confectionner des masques pour les seniors de plus de 75 ans", explique la Jodoignoise.

C’est donc une dizaine de bénévoles qui s’est mobilisée pour réaliser ces masques indispensables aujourd’hui. "Au début du mois de juillet et jusqu’à la fin du mois de septembre, plusieurs équipes de 4-5 bénévoles se sont réunies tous les lundis au travers d’ateliers pour confectionner ces masques", précise Dominique Evrard.

Au total, ce ne sont pas moins de 1 300 masques qui ont été faits à la main. Une initiative utile sanitairement mais également humainement car elle a permis de mettre en contact des personnes qui ne l’auraient jamais été si le Covid n’avait pas frappé le monde entier. "On a une personne de Fedasil qui a participé à plusieurs ateliers et ça lui a permis de nouer des liens avec d’autres bénévoles en faisant, par exemple, du covoiturage. Ils ont également échangé des recettes de cuisine et je pense qu’ils sont encore en contact aujourd’hui. De plus, c’était un projet intergénérationnel puisqu’on a une enfant de 12 ans qui y a pris part", sourit Dominique Evrard.

Un projet qui a donc été bien au-delà d’une "simple" confection de masques pour les seniors. Des personnes âgées qui ont bien évidemment été ravies du résultat. "Ils sont contents, c’est certain, mais surtout, ils voient qu’on pense à eux. Ce contexte de solidarité a apporté une énergie très positive", conclut la cheffe de projets du Plan de cohésion sociale.

En guise de "récompense", tout ce beau monde s’est d’ailleurs réuni autour d’un bon petit repas, offert par la Ville de Jodoigne, pour remercier tous les bénévoles qui ont participé à ce projet qui a non seulement permis d’aider les personnes âgées, de leur donner un peu de réconfort mais aussi de mettre en contact des citoyens qui ont noué une amitié qu’ils ne soupçonnaient même pas il y a quelques mois.