Tout est parti d’un appel à projets de la Province du Brabant wallon. Baptisé "Place aux Artistes", cet appel lancé au mois de juin visait la relance du secteur culturel avec l’organisation d’activités à l’extérieur, dans le respect des mesures sanitaires.

La Commune de Walhain a immédiatement saisi la balle au bond et a réuni plusieurs acteurs culturels et touristiques pour plancher sur un projet à soumettre. L’idée de départ était d’organiser des concerts à la commune, mais cela s’est rapidement transformé en un projet de plus grande envergure, notamment grâce à l’intervention de Robin Girboux, entrepreneur spécialisé dans le montage d’échafaudage.

Cet habitant de la commune a proposé de mettre sur pied une terrasse éphémère autour du vieux château de Walhain et c’est là qu’est né le concept des "Terrasses du château". Un bar qui a accueilli tous les jours, durant deux mois, celles et ceux qui souhaitaient siroter un verre dans un cadre plutôt exceptionnel avec, en prime, des produits locaux.

Mais ce n’est pas tout : avec "Les Estivales" - c’est le nom de l’opération menée cet été à Walhain -, la Commune a pu proposer une série d’activités, allant des ateliers de dessin au théâtre et concerts, en passant par la peinture ou des cours de yoga. Au total, 2 850 personnes ont participé aux activités de l’été, d’après l’échevin walhinois du Tourisme. "On a totalisé 42 spectacles, dont 20 avec des artistes de Walhain", se réjouit Jean-Marie Gillet. "Les brasseries ont permis à certains Walhinois et aux touristes de découvrir le site du vieux château, qu’on n’a pas assez valorisé par le passé. On avait mandaté un bureau d’études pour déterminer le potentiel touristique de ce site mais ça n’est plus nécessaire : on a pu le vérifier par nous-mêmes. C’est un site qui a des atouts et qui peut attirer du monde. Personne n’aurait pu imaginer ça. Cette opération a permis de développer tant nos atouts touristiques que patrimoniaux et de valoriser nos produits locaux."

Vu le succès, la Commune entend bien pérenniser Les Estivales, d’autant que le site sera mis en valeur, grâce à des subsides régionaux. La phase de consolidation des ruines est estimée à 900 000 euros et la ministre du Tourisme Valérie De Bue a confirmé il y a quelques jours l’octroi d’un subside de 560 000 euros. Pour la valorisation du site, le coût est estimé à 1,250 million d’euros et le subside sera d’un million.