Le 7 août dernier, dans un café de Tubize, une cliente a demandé à un autre consommateur s’il avait du feu. L’homme a accepté d’allumer sa cigarette mais Marius C., quadragénaire issu de la communauté des gens du voyage, avait des vues sur la dame et n’a pas accepté ce geste. Il a abordé celui qu’il considérait désormais comme un rival, et l’a envoyé au sol d’un coup de tête, avant lui donner un coup de pied dans le front.

Le 10 août, tout ce petit monde s’est retrouvé dans le même établissement. Marius a estimé que l’homme était à nouveau assis trop près de sa belle, bien qu’il se trouvait à une autre table.

Selon un témoin, il a sorti deux couteaux de derrière son dos, et a porté plusieurs coups. Huit, a compté le légiste par la suite, dont quatre ont perforé le thorax de la victime à proximité du cœur, et un autre a frappé le cou à proximité de la carotide. Ne sachant pas si l’homme était vivant ou mort - il a survécu ! -, il a ensuite quitté les lieux et s’est caché durant plusieurs jours alors que la police était à sa recherche.

Une fois retrouvé, il a expliqué qu’il ne s’était pas présenté aux policiers parce que cela ne servait à rien, vu que tout le monde sait qu’il n’a rien fait. Devant le tribunal correctionnel mercredi, il a prétendu qu’il s’était juste défendu contre l’agression de trois hommes, dont la victime, qui avait initialement le couteau en main.

Le ministère public a écarté cette version qui ne colle avec aucun élément du dossier, et a requis six ans de prison pour tentative de meurtre. Jugement le 16 décembre.