Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a condamné lundi Jennifer H., une habitante de Perwez née en 1985, à six ans d'emprisonnement ferme. La prévenue était poursuivie pour avoir réalisé des injonctions de morphine et posé des patchs de Fentanyl à un de ses voisins, en mars 2019 à Jodoigne. Cet homme, avec qui elle avait eu une relation affective, est décédé et le médecin légiste a indiqué que la mort résultait de la combinaison de morphine et de Fentanyl en surdosage. C'est la prévenue qui a appelé les secours, le 9 mars 2019, en expliquant qu'elle n'avait pas vu son voisin durant la journée et que le chien de celui-ci grattait à la porte pour sortir, ce qui était inhabituel. Durant l'enquête, elle a nié longtemps avoir réalisé les injonctions de morphine à ce jeune homme né en 1992, ainsi qu'avoir posé des patchs.

Mais elle-même avait des prescriptions pour ces substances, et les ampoules de morphine trouvées dans la salle de bain de la victime étaient les siennes, où les policiers ont relevé l'ADN de la prévenue. Par ailleurs, le légiste avait souligné le caractère professionnel des injections réalisées sur le jeune homme, alors que la prévenue a suivi une formation d'infirmière. Quant aux patchs de Fentanyl, ils étaient posés de manière symétrique sur les omoplates du défunt, et il était impossible qu'il les ait placés lui-même.

A l'audience, la prévenue était passée aux aveux, en tout cas partiellement, en reconnaissant avoir injecté la morphine à son voisin, sans intention de causer sa mort. "Je regrette, je n'aurais pas dû le faire mais il souffrait tellement du dos", a-t-elle affirmé.

Le jugement rendu lundi, qui lui inflige une peine de six ans de prison ferme, souligne la particulière gravité des faits, la mauvaise foi dont la prévenue a fait preuve au cours de l'enquête, et sa dangerosité puisque la prise de conscience dans son chef demeure "très faible". L'arrestation immédiate a été sollicitée par le ministère public après le prononcé de la condamnation, mais le tribunal a estimé qu'il n'y avait pas lieu d'ordonner cette mesure.