À deux reprises, au début de cette année, la police est intervenue au domicile de Joffrey et de sa compagne, à Beauvechain. Le 18 février, l’homme l’avait frappée alors qu’elle tenait dans ses bras leur tout jeune enfant et la semaine dernière, devant le tribunal correctionnel, il a affirmé ne plus se souvenir de ces faits.

Le 18 avril, les forces de l’ordre ont à nouveau été appelées à l’adresse. À leur arrivée, la dame était dans la rue, le visage couvert de sang, accompagnée de son enfant en pleurs. Elle avait une plaie profonde à la tête, une blessure à la main et des hématomes divers. Le médecin qui l’a examinée a estimé son incapacité de travail à sept jours.

Elle a expliqué que Joffrey l’avait à nouveau frappée très violemment, et qu’elle était tombée sur une table, sombrant dans l’inconscience. Le gaillard en a profité pour quitter les lieux sans même appeler les secours, après avoir pris le GSM de la victime.

L’intéressé, entendu par la police, a commencé par dire qu’il n’était pas présent et n’a pas hésité à accuser un tiers. Sur le banc des prévenus, il a avoué qu’il était là, tout en précisant qu’il avait juste poussé sa compagne. "Elle est tombée sur la table, elle avait bu", a-t-il affirmé.

"Il continue à minimiser la gravité de son comportement", vient d’en conclure le tribunal dans son jugement. Le prévenu écope de dix-huit mois d’emprisonnement, avec un sursis probatoire pour la moitié de cette peine, et d’une amende ferme de 1 600 euros.