La procédure de réorganisation judiciaire prolongée.

Le dossier de l’AFC Tubize, en mauvaise posture financière depuis que les investisseurs sud-coréens ont fait savoir qu’ils ne souhaitaient plus soutenir le club comme depuis quelques années, est revenu devant le tribunal de l’entreprise, lundi à Nivelles.

L’AFC fait pour l’instant l’objet d’une procédure de réorganisation judiciaire (PRJ), qui lui permet d’être protégé par ses créanciers le temps de trouver des repreneurs et une solution financière qui tienne la route. Cette procédure devait s’achever dès la fin du mois : l’idée des responsables était de retrouver un peu de fonds en vendant, en Chine, deux joueurs juniors chinois qui n’ont pas encore évolué en équipe première.

Problème : avec le contexte sanitaire que l’on connaît en Chine, le délai risque d’être difficile à tenir… Une lettre d’intention d’un club intéressé évoquerait en tout cas un montant de 550 000 euros pour un des joueurs si la Fifa marque son accord sur cet achat et si le jeune réussit les tests médicaux. Pour l’autre joueur, trois clubs seraient intéressés à ce stade.

Par ailleurs, alors qu’il était question d’un passif d’1,8 million d’euros, deux sponsors principaux de l’AFC ont accepté d’abandonner leurs créances, ce qui réduit le montant dû de plusieurs centaines d’euros. Et des droits TV pour 50 000 euros ont été perçus.

La situation est loin d’être complètement éclaircie mais le juge rapporteur qui a résumé les nouveaux éléments du dossier ne s’est pas opposé à une prorogation de la PRJ. Le tribunal de l’entreprise l’a suivi : la procédure continue à courir jusqu’au 30 avril, en espérant trouver des investisseurs solides d’ici là.