Si pour beaucoup de restaurateurs, la situation est compliquée à cause de la crise sanitaire, d’autres n’ont pas froid aux yeux à l’image de Thierry, Brigitte et Romain. Alors qu’on vit une période difficile, ils n’ont pas hésité à se lancer dans un nouveau projet axé autour de l’Horeca. Son nom : “L’Autre”. “Nous avions un restaurant à Bruxelles qui s’appelait Autre et nous voulions garder cet esprit”, expliquent Brigitte et Romain.

L’Autre, c’est un restaurant qui proposera, dès que la situation le permettra, une carte originale qui variera régulièrement. “Il y aura bien 2-3 plats qui se retrouveront toujours sur la carte mais pour le reste, cela changera souvent car nous travaillons avec des produits du terroir et de saison.”

Mais l’Autre, qui dispose d’une capacité de 28 à 30 couverts, ce n’est pas qu’un restaurant installé dans l’ancienne gare de Virginal. Non, c’est aussi une épicerie et un traiteur. “Nous fonctionnons aux coups de cœur pour l’épicerie locale, avoue Romain. Nous faisons tout le temps de la prospection pour trouver des produits originaux, locaux et surtout, de qualité.” Charcuterie, fromages français, bières belges, vins ou encore fruits et légumes locaux, L’Autre entend proposer un échantillon varié qui n’est pas issu de la grande distribution.

Comme leurs collègues du secteur, le restaurant est actuellement fermé mais la crise sanitaire n’a pas refroidi les ardeurs de la famille. “Nous avons ouvert en connaissance de cause, soulignent Romain et Brigitte. C’est notre métier et on ne va pas rester enfermé tout le temps. Cette crise va prendre fin un jour. Je pense que c’est encore plus compliqué de tenir le coup pour ceux qui étaient déjà ouverts que pour ceux, comme nous, qui se lancent dans une nouvelle activité même si on est dans le métier depuis plus de 40 ans.”

La crise sanitaire les a en tout cas poussés à se diversifier. “Je dois bien avouer que je ne sais pas si on aurait ouvert une épicerie à l’intérieur de notre restaurant si nous n’avions pas connu cette crise sanitaire. Cela nous a poussés à penser différemment mais tout en gardant notre esprit”, conclut Brigitte qui est revenue d’un petit périple de quelques années dans les Pyrénées où elle exploitait une auberge de montagne.

Quand la situation sera revenue à la normale, le restaurant sera ouvert du jeudi au dimanche (midi et soir) alors que l’épicerie et le traiteur seront accessibles du mardi au dimanche de 10h à 20h. Pour le moment, seul le service traiteur est ouvert tous les jours sauf le lundi de 17h à 20h.