Les responsables de l’Aventure Parc de Wavre n’en reviennent toujours pas. Alors qu’ils ont pu ouvrir durant les mois de confinements stricts, ils ont été sommés de fermer leurs portes dès ce mercredi suite à de nouvelles précisions du fédéral. Le parc d’accrobranches est désormais considéré comme un parc d’attractions et tombe sous le coup des mesures sanitaires décidées en octobre 2020.

"Aujourd’hui, on déconfine, les bulles s’élargissent, les métiers de contact vont reprendre... mais un parc en pleine nature, où la distance est respectée, doit fermer. C’est l’incompréhension totale, on ressent une réelle injustice, peste Manoel Visart, le directeur de l’Aventure Parc. Rien n’a changé depuis hier et maintenant qu’on parle d’un déconfinement, on nous considère comme un parc d’attractions. Pourtant, notre code d’activité économique nous catégorise comme une infrastructure sportive."

Ce n’est que mercredi matin, via un appel du chef de corps de la police de Wavre, que la famille Visart a appris qu’elle devait fermer son parc. La police a elle-même été briefée par le gouverneur du Brabant wallon sur le respect de cette "nouvelle" mesure décidée mardi par le Conseil national de sécurité. D’après le directeur du site, si le parc est désormais considéré comme un parc d’attractions, c’est parce qu’il compte des moniteurs.

C’est donc un coup dur pour l’Aventure Parc de Wavre qui a dû annuler les quelque 400 réservations quotidiennes prévues les prochains jours. "On est scandalisés, ce n’est pas logique que ça se passe ainsi, conclut Manoel Visart. On aurait pu nous donner au moins un préavis de quelques jours. On était complet tous les jours, preuve que les gens en avaient besoin."