Brabant wallon

L'agence wallonne pour la sécurité routière estime qu'il s'agit d'une solution "crédible et efficace".

L’Agence wallonne pour la sécurité routière a réagi dans le même sens que Vias à propos de la décision de la ministre De Bue de casser la décision de son prédécesseur et de lever l'interdiction des véhicules lents sur la N25. L'agence salue l'initiative d’installer un radar tronçon qui "devrait constituer une solution crédible et efficace en vue de diminuer le nombre d’accidents sur cet axe".

"La N25 présente plus d’accidents impliquant des véhicules agricoles que les autres nationales, poursuit l'AWSR dans un communiqué. Le différentiel de vitesse entre les véhicules agricoles et les autres véhicules, particulièrement les voitures, est un facteur important d’accident. Il est dès lors essentiel de veiller à un strict respect des limitations de vitesse. L’installation d’un radar tronçon devrait donc permettre de réduire cette accidentalité. Si l’accidentalité impliquant des véhicules agricoles devait rester importante, il conviendrait d’envisager d’abaisser les limites de vitesse."

L’AWSR considère particulièrement important d’adresser également des messages de sensibilisation à destination des agriculteurs. "Ces messages visent d’abord à leur conseiller d’éviter tant que possible d’utiliser cette route nationale si d’autres alternatives sont possibles sans contraintes majeures. Par ailleurs, il faut également inciter les agriculteurs à une signalisation adéquate et fonctionnelle des engins agricoles – feux orange visibles de tous côtés, feux arrière fonctionnels et suffisamment visibles,… afin de permettre aux autres usagers d’identifier le plus rapidement possible la présence de ces engins sur la nationale, et sur l’ensemble des voiries empruntées."