La Flamme de l’Espoir s’est allumée ce mercredi soir à Louvain-la-Neuve, signe d’ouverture des jeux nationaux annuels Special Olympics Belgium (SOB).

Ce sont l’athlète Micheline Van Hees et le sprinter médaillé Jonathan Sacoor qui se sont chargés de la faire scintiller. "Je ne savais pas que la torche était aussi lourde. Mais c’est plus qu’une flamme, c’est une flamme olympique, s’amuse le Belgian Tornado et parrain de la 38e édition de ces jeux destinés aux athlètes ayant un handicap mental. C’est une expérience incroyable. Tu vois l’enthousiasme dans les yeux des athlètes présents. C’est quelque chose qu’on voit seulement dans le sport."

Pour cette cérémonie d’ouverture, les petits plats ont été mis dans les grands : un feu d’artifice, des spectacles de danse, des jeux de lumière, un concert de la gagnante de l’Eurovision 1986 Sandra Kim tandis que le prince Laurent a prononcé le discours d’ouverture.

Plusieurs milliers de personnes étaient réunies pour l’occasion, la plupart des athlètes qui caressent le rêve d’accrocher une médaille dorée à leur cou.

C’est le cas de Michael Watrin, athlète de 33 ans qui a déjà gagné une édition du Special Olympics Belgium en football. "C’est la deuxième fois que je participe aux jeux. Ma famille est là pour me soutenir, ils m’ont fait une surprise. Je vais essayer de me dépasser et de gagner une nouvelle fois", sourit le gardien national des Special Devils, qui admire Gianluigi Buffon, le gardien de but italien légendaire de la Juventus de Turin et de la Squadra Azzurra.

Jusqu’au 28 mai, plus de 2 700 athlètes s’affrontent dans 16 disciplines différentes, réparties dans les infrastructures sportives d’Ottignies-Louvain-la-Neuve et Braine-l’Alleud.

"C’est un événement exceptionnel, spectaculaire et rassembleur qui met en lumière et à l’honneur des personnes tout aussi exceptionnelles, souligne la bourgmestre ottintoise Julie Chantry (Ecolo). Ce sont des athlètes bien sûr, mais ce sont avant tout des femmes et des hommes qui nous illuminent de leur générosité, de leur courage, de leur capacité à aller au bout d’eux-mêmes, ce qui nous prouve que les espoirs sont faits pour être concrétisés." Les athlètes n’ont pas fait la fête jusqu’au bout de la nuit : ils étaient sur les terrains de sport dès ce jeudi, 10 h.