À l’abandon depuis une bonne dizaine d’années, l’ancienne Poste d’Ittre pourrait retrouver une seconde vie. Comment ? Grâce au projet d’extension du centre administratif. Un énorme projet qui vise notamment une extension de 50m2 à l’arrière pour accéder, par monte-personnes et escaliers, au 2e étage affecté à une nouvelle salle destinée aux délibérations du conseil communal et aux cérémonies de mariages.

Mais rapidement, l’opposition (IC et PA) ne s’est pas montrée convaincue du bien-fondé de ce projet, notamment au niveau de son coût qui est estimé à 750 000 euros. “Nous rappelons que la salle Planchette, récemment rénovée, lumineuse et de plain-pied donc parfaitement accessible, pourrait être utilisée pour les conseils communaux et les mariages. Pourquoi ce coût exorbitant alors qu’une alternative plus économe et accessible est à portée de main ?”

Réponse du bourgmestre : “A deux reprises, le projet a été inscrit dans le Plan d’Investissement Communal (PIC) et il a été reporté car nous avions mis la priorité sur l’égouttage. Au précédent PIC, nous avions une estimation du projet autour des 600 000 euros (HTVA) dont près de 280 000 étaient dévolus à la réhabilitation du bâtiment par la Région wallonne. Si on ne le fait pas, on perd cette somme cette fois-ci mais également pour le prochain PIC ! Et à y regarder de plus près, le projet est estimé à 750 000 euros dont 273 000 de subsides. Il reste donc 477 000 euros pour la commune avec un emprunt sur 20 ans ce qui revient à… 3,50 € par habitant. Est-ce trop payé pour que le personnel et le CPAS travaillent dans des bonnes conditions ? Est-ce trop payé pour que les personnes à mobilité réduite puissent enfin avoir accès aux services communaux, ce qui n’est pas possible aujourd’hui ?”

© D.R.

Autre grief de l’opposition : l’absence d’enquête publique. “Le permis est octroyé par la Région wallonne qui décide ou non d’une enquête publique pour le dossier. L’enquête peut aussi être demandée par le Collège communal. Il ne l’a pas fait et empêche donc la population ittroise de participer à ce projet” , enchaîne l’opposition. “Pour le Centre sportif de Virginal, la crèche de Virginal et la crèche d’Ittre, il n’y a pas eu d’enquête publique et cela n’a pas posé de problème. Ce n’est pas obligatoire et c’est le fonctionnaire délégué, qui connaît son travail, qui décide de l’utilité ou non d’en faire une. Pour moi, c’est de la malhonnêteté intellectuelle.”

Enfin, concernant l’isolation du bâtiment, ou plutôt son absence, qui a été pointée du doigt par l’opposition, Christian Fayt apporte aussi quelques précisions. “Selon l’architecte, 80 % de déperdition de chaleur vient de la toiture. Comme il s’agit d’une vieille maison avec de gros murs, il a estimé qu’on pouvait s’en passer pour les murs et s’occuper uniquement de la toiture. Mais l’isolation est bien prévue et si jamais, rien n’empêche d’encore le faire après.”

Aujourd’hui, le projet se trouve entre les mains de l’inBW qui doit le finaliser. Ensuite, un appel d’offres sera lancé et l’entrepreneur devrait être désigné pour la fin de l’année.