Brabant wallon Six adultes des Anémones seront au départ du rendez-vous néo-louvaniste.

La belle histoire de ces 24 heures de Louvain-la-Neuve, édition 2019, vient peut-être de Grez-Doiceau. Là, on y retrouve l’institution "Les Anémones", avec son Service résidentiel pour adultes (SRA) qui présentent une déficience mentale légère à sévère.

À leurs côtés, deux jeunes éducateurs dynamiques et jamais à court d’idées : Loïc Thomas et Cyril Kempinaire mais aussi une équipe d’encadrement qui est dévouée aux résidents. Alors, pourquoi ne pas proposer les idées les plus folles ?

C’est ainsi que les éducateurs emmèneront six adultes résidents aux 24 heures de LLN. "Ils se relayeront de 13 à 20 heures, puis iront se reposer pour ne pas être déphasés avant de reprendre le matin pour terminer de 8 à 13 heures. Durant la nuit, les éducateurs et des sympathisants pédaleront pour assurer un maximum de tours. On roule dans la catégorie humanitaire dans le but de récolter des fonds pour les résidents."

Il a fallu préparer mentalement et physiquement les résidents. "Cela fait un an qu’on est sur le projet. Ils sont bien entraînés. On a veillé à leur expliquer comment gérer la foule. Ils ont beaucoup de questions et sont impatients."

Les organisateurs ont marqué leur accord pour qu’un éducateur puisse rouler en même temps que le vélo des Anémones, histoire de pouvoir pallier tout incident éventuel. "C’est une question aussi de sécurité."

Saul