Face à une panne de courant, les restaurateurs ont assumé leur service

D’un scénario catastrophe, la soirée de ce dimanche soir s’est avérée être un coup de maestro pour le restaurant L’Horizon à Chaumont-Gistoux. Ce qui ne veut toutefois pas dire qu’il n’y a pas de préjudice, mais bien que, grâce à une réaction professionnelle de haut rang, les restaurateurs et leur personnel ont offert à la clientèle une soirée originale avec un repas aux chandelles…

Tout a débuté vers 19h30 quand le village de Dion-Valmont a connu une coupure de courant. "On a de suite compris que c’était généralisé mais nous espérions que cela se rétablirait rapidement. Cependant, cela ne s’est pas déroulé comme prévu", indique Alexandre Ciriello, le chef de cuisine.

Sans courant, mais aussi sans eau, il faut faire face alors que la clientèle est en place. "Nous avons disposé des bougies pour les clients, mais aussi en cuisine où notre personnel utilisait également des lampes de poches. Hors de question de ne pas satisfaire les clients présents, alors le chef opte pour une réorganisation avec un menu trois services commun pour l’ensemble de nos clients, qui ont tous accepté. Au menu, saumon en coction, légumes croquants, beurre blanc dashi ; veau de nos contrées, paccheri, cèpes, parmesan ; sélection de fromages de Pascal Fauville."

Pour le personnel, la consigne est claire : on limite l’ouverture des frigos. "En plus, dehors, il pleuvait des cordes, nous empêchant d’ouvrir les portes ou fenêtres, ce qui fait que nous avions 25° en cuisine. Nous subissons donc des pertes comme pour le ris de Veau, les langoustines ou le turbot… On a pourtant eu de la part d’un voisin un groupe électrogène, ce qui nous a permis de brancher un congélateur et un frigo, histoire de limiter les pertes. Un geste qu’on ne peut que saluer !"

Par contre, Ores a brillé par son absence. "Dans ce genre de situation, ils pourraient venir en aide aux commerces. Incroyable qu’une petite cabine qui prend feu sans qu’aucune solution en soit possible. Nous avons contacté notre courtier d’assurance et rentrons une plainte mais les espoirs d’indemnisations sont faibles."

Saul