Cette technique s’impose de plus en plus comme une solution incontournable.

À une époque où le monde agricole doit faire face à de plus en plus de difficultés pour dégager des bénéfices et où chaque centime compte, l’intercommunale InBW apporte une solution originale, économique et environnementale : la valorisation agricole des boues issues de l’épuration des eaux usées. En d’autres termes, il s’agit de la réutilisation de ces boues (de trois types : centrifugées, filtrées ou séchées) - qui sont ni plus ni moins que des déchets - en une nouvelle matière première. "Les boues des stations d’épuration sont très riches en azote et phosphore, ce qui est intéressant pour le monde agricole car ce sont des engrais", explique François d’Ursel, responsable de la cellule Valorisation des boues à l’InBW. "Ensuite, elles permettent de stabiliser la structure optimale des sols (niveau de pH) tout en entretenant le taux d’humus, qui permet aux sols de jouer leur rôle ‘d’aspiration’ tout en limitant l’érosion."

Des bienfaits pour les sols qui se répercutent également sur le portefeuille des agriculteurs, car ces boues sont peu chères à l’utilisation. "Le métier d’agriculteur a changé, tout est plus compliqué, réglementé et cher à produire", explique Willy Van de Ginste, un agriculteur wavrien qui travaille depuis dix ans avec l’InBW. "Ils analysent le sol avant, me font un rapport des éléments nécessaires pour mon exploitation et nous fournissent quand ils le peuvent."

Personnalisés en fonction des besoins des agriculteurs, les produits fournis ainsi par InBW sont également passés à la loupe quant à leur composition, notamment pour s’assurer que les métaux lourds présents ne dépassent pas les normes.