POLÉMIQUE

Exclusif : le bourgmestre de Braine-l’Alleud, Vincent Scourneau, veut déplacer la butte

BRAINE-L’ALLEUD Quelle mouche a donc bien pu piquer Vincent Scourneau ? Las de toujours entendre parler du Lion de Waterloo alors que la butte est en réalité située sur le territoire de Braine-l’Alleud, le bourgmestre brainois vient d’ordonner sa démolition pure et simple.

“Il est tout à fait anormal que ce soit uniquement Waterloo qui bénéficie des retombées touristiques et économiques du site , déplore-t-il. Quand les touristes viennent voir la butte, ils filent ensuite à Waterloo et ne font pas fonctionner le commerce de Braine-l’Alleud. Waterloo est reconnu mondialement mais pas Braine-l’Alleud, c’est totalement injuste et inacceptable. En plus, à sa place actuelle, la butte gâche le paysage.”

D’où l’idée du maïeur de détruire la butte actuelle et d’en reconstruire une plus loin, dans le parc du Centre de Braine-l’Alleud, en chantier dans quelques jours. “Pour embellir le centre-ville, j’avais besoin d’un monument qui en jette , poursuit-il. On la reconstruira donc, à taille identique. Il s’agira un peu de notre Atomium, de notre tour Eiffel. Ça réparera une injustice qui dure depuis 195 ans…”

Dont coût : 34 millions d’euros. Le permis d’urbanisme n’a pas encore été accordé par la Région, mais Vincent Scourneau n’en a cure. Les travaux débuteront le 15 juin, trois jours avant la reconstitution quinquennale de la bataille de Waterloo et alors que le site actuel doit être réaménagé pour le bicentenaire de la bataille de Waterloo.

Le bourgmestre de Waterloo, Serge Kubla, s’offusque de cette initiative : “Je mettrai toutes mes forces dans la bataille pour que ce déménagement n’intervienne jamais. Cela nuirait trop à l’image de Waterloo et encore plus à celle de la Belgique. Sans le Lion, Waterloo se sentirait comme un manouche sans guitare. C’est impensable.”

Ayant eu vent de l’affaire, le président français, Nicolas Sarkozy, lui, soutient la démarche de Vincent Scourneau, bien poussé par Carla Bruni, qui serait tombée sous le charme de Scourneau.

“Cela permettra d’effacer une énorme injustice , explique-t-il dans un communiqué. En France, on en a marre que l’on nous rappelle cette défaite qui n’en était pas réellement une. Car si la France a perdu en 1815, il ne faut pas oublier que cela a contribué à la création de l’Europe telle qu’elle est aujourd’hui. Désormais, on peut le dire : on a fait exprès de perdre en 1815, un peu comme on l’a fait en finale de la Coupe du Monde de football, en 2006.”

Reste désormais à savoir si Didier Reynders autorisera la démolition, la Régie des bâtiments étant propriétaire des lieux. “S’il ne veut pas, je démolirai moi-même la butte. Et à la cuiller s’il le faut”, clame haut et fort Vincent Scourneau.



© La Dernière Heure 2010