Trois décennies actives au service de la qualité de la tarte al djote

NIVELLES À peu près où que l’on se trouve en Belgique, il suffit de dire qu’on habite Nivelles pour s’entendre questionner sur la fameuse tarte al djote. Cette incroyable réputation, la spécialité gastronomique favorite des Aclots la doit en majeure partie à l’action de la confrérie, qui fête cette année ses trente ans.

Les confrères ne ménagent pas leur peine pour une promotion permanente vers l’extérieur, menée parfois avec le concours bienveillant de dizaines de personnalités intronisées – le Roi Baudouin en personne était chevalier d’honneur ! – dans le monde politique, culturel, judiciaire, économique, médiatique…

Mais pour une promotion efficace, il faut un excellent produit. La défense de la tarte al djote passe évidemment par la qualité de ce que proposent tout au long de l’année des fabricants passionnés. L’élaboration de labels, avec des tests à l’aveugle dont personne ne remet en cause la rigueur, est un des coups de génie des trente fondateurs de la confrérie.

Depuis, la qualité de la djote vendue à Nivelles a incontestablement grimpé en flèche. C’est qu’il y a derrière cela un véritable enjeu économique. Plusieurs milliers de tartes al djote se vendent chaque semaine à Nivelles.

Il y a dix ans, sur base d’estimations sérieuses, les confrères avaient calculé qu’en prenant en compte les ventes en magasin et les repas commandés au restaurant, le marché de la djote générait un chiffre d’affaires de près de 2,5 millions d’euros par an !

Pour fêter leurs 30 ans, les confrères préparent un chapitre exceptionnel, le samedi 29 mai à 16 h, dans le cloître de la collégiale. Samedi et dimanche, sous le chapiteau dressé pour l’occasion, le public pourra gratuitement s’initier à la fabrication de la célèbre spécialité gastronomique. Un repas de gala est également programmé le samedi soir.



© La Dernière Heure 2010