Il y a eu de nombreux va-et-vient dès ce lundi matin au PAMexpo de Court-Saint-Étienne. Pendant que les équipes de Proximus s’attèlent à installer le wifi, celles de ProFirst tracent au sol ce qui seront les lignes de vaccination dès lundi prochain. ProFirst, c’est la société rixensartoise spécialisée dans l’événementiel qui a remporté le marché lancé par l’AViQ (l’Agence wallonne pour une vie de qualité) pour l’aspect logistique des centres de vaccination du Brabant wallon et de quelques autres du Hainaut Est et de Namur.

C’est une véritable course contre la montre qui a débuté dans le hall événementiel où se déroulent habituellement des foires et des salons. La société événementielle s'est en effet fixé comme objectif de rendre le centre majeur du Brabant wallon opérationnel ce vendredi. Ce qui laisse cinq jours aux équipes de ProFirst, plutôt habituées aux événements, notamment pour Armani, pour changer le visage du PAMexpo. Ce lundi, il s'agit du traçage au sol, du câblage et de l'installation de l'éclairage, notamment. Mardi, l'aménagement deviendra un peu plus concret avec l'installation des cloisons.

"Cela demande quatre fois plus de boulot d'aménager un centre comme celui-ci par rapport aux autres centres de proximité, reconnaît Valéry Boddewyn, responsable production et logistique chez ProFirst. Mais c'est plus facile au Pamexpo qu'à La Sucrerie de Wavre par exemple, car ici tout est plein pied, on a une entrée pour les camions, et c'est facile d'accès."

La vaccination des premières personnes convoquées (normalement âgées de 65 ans et plus) commencera dès lundi avec l’ouverture de deux lignes de vaccination.

Pour rappel, le PAM a été sélectionné pour être le centre vaccination majeur de la province. Il disposera de huit lignes de vaccination – soit deux de moins que ce qui était prévu initialement – et l’on pourra y vacciner jusqu’à 20 personnes par heure, soit 2.400 personnes par jour. Le centre sera ouvert de 7h à 21 heures, selon la disponibilité du personnel. La stratégie de la Région wallonne est de vacciner en priorité les personnes âgées de 65 ans et plus, de 45 à 65 ans avec des risques de santé, et celles qui exercent des fonctions essentielles. La vaccination du reste de la population est prévue, quant à elle, à partir du mois de mai.