Les utilisateurs du parc à conteneurs de la rue de l'Artisanat ont dû patienter en dehors de l'enceinte du site géré par l'intercommunale inBW, jeudi en fin de matinée, alors que les pompiers et la police locale intervenaient sur place. Le site est resté fermé de 11 h à midi environ, par crainte d'un risque d'explosion. Le service de déminage de l'armée s'est rendu ensuite sur place pour prendre un charge un flacon qui contenait vraisemblablement de l'acide picrique.

En réalité, ce flacon de 200 millilitres avait été découvert mardi soir, à la fermeture, dans l'endroit où les particuliers peuvent déposer des "déchets spéciaux". L'étiquette n'était plus très lisible et par précaution, les préposés ont isolé le produit suspect dans un bac spécifique, placé à l'écart pour éviter que quelqu'un le manipule.

Mercredi étant un jour férié, c'est ce jeudi à l'ouverture qu'ils ont sollicité une vérification des pompiers. C'est qu'ils suspectaient que le contenant déposé par une personne qui n'a pas été identifiée contenait de l'acide picrique. Cela arrive quelque fois dans les parcs à conteneurs et c'est plutôt dangereux.

L'acide picrique nécessite en effet de grosses précautions pour être manipulé: il irrite et brûle au contact de la peau, mais il est aussi hautement réactif et est potentiellement explosif. Le règlement des parcs à conteneurs interdit évidemment de déposer ce type de produits dans les infrastructures que l'intercommunale met à disposition des particuliers.

Les pompiers ont confirmé le caractère suspect du flacon jeudi matin. Celui-ci a été mis en sécurité et le parc a pu rouvrir partiellement, sauf la zone où se trouvait le contenant, le temps que les services de déminage de l'armée vienne sur place et emporte le produit pour le détruire en sécurité.

Ce qui a pu se faire dans un délai très court: du côté d'inBW, on confirme que le recyparc de la rue de l'Artisanat a pu fonctionner normalement dès 13 h 40.