Lorsqu’il était devenu le nouveau Grand Bailly de la tarte al djote, en novembre dernier, Didier Bellet avait déjà laissé entendre qu’il n’y aurait pas de cérémonie de remise des labels en février 2022. C’était alors une probabilité, la décision n’ayant pas encore été avalisée en interne. En cause, évidemment, la situation sanitaire.

Depuis ce week-end, c’est désormais officiel: on pourra (évidemment!) manger de bonnes djotes tout au long de cette année dans la cité des Aclots, mais ce sera sans label. Comme l’an dernier, du reste...

À l’évidence, c’est une déception. C’est que la cérémonie, qui se tient traditionnellement au Waux-Hall chaque mois de février, ne sert pas seulement aux amateurs pour savoir qui est le fabricant le plus régulier en matière de qualité de la célèbre tarte verte. C’est aussi un moment extrêmement convivial, avec des séquences culturelles et un "sketch" toujours très attendu au cours duquel les confrères, déguisés, montent sur scène pour brocarder les bourdes, excès d’orgueil et petits travers des personnalités locales. Et c’est souvent plus salé encore que le beurre qu’on étale sur la makayence bien chaude...

La confrérie pointe deux raisons pour cette annulation. La première, ce sont les conditions sanitaires qui ne permettent guère, pour l’instant, de se projeter dans un avenir proche alors que la remise des labels doit être préparée longtemps à l’avance.

Ensuite, comme en 2020, l’année 2021 n’a pas permis d’organiser suffisamment de séance de "taste djote" pour déboucher sur un classement des fabricants qui serait vraiment fiable.

"Dans le respect des mesures sanitaires en vigueur, nous reprenons nos dégustations afin d’être à même, dès le mois de février 2023, de vous retrouver au Waux-Hall" , conclut la communication de la confrérie.