Brabant wallon

Le groupe français avait repris 3M en avril 2018.

La faillite de la société Altifort Boart sera examinée jeudi matin par le tribunal de l'entreprise à Nivelles, a-t-on appris de source judiciaire. Dans l'usine de la société basée le long de la rue du Bosquet, dans le zoning industriel nivellois, sont notamment fabriqués des outils diamantés de découpe et de perçage de précision. A la suite d'importantes difficultés financières, le holding franco-belge Altifort, créé en France par le Belge Bart Gruyaert et le Français Sébastien Vigier, déposait le bilan l'été dernier.

© Geerts

Son siège est situé à Bourg-la-Reine, mais les sites de productions sont disséminés dans plusieurs filiales, à Nivelles (Belgique) pour Boart, ainsi que dans les localités françaises de Strazeele pour Catteau, de Ham pour PVI, de Thiétreville pour D2FC, de Louvres pour Tobler, de Château-Thierry pour Innovatech, de Bischwiller et de Civray pour GLI, de Cosne-Cours-sur-Loire et de Tarbes pour SMFI, de Perrecey-les-Forges pour Sarrazin, de Périgny pour HP Systems, de Feyzin pour ITC, de Bollène pour ISO CMD ou encore d'Albi pour FCT.

Le groupe présente un chiffre d'affaires global de 200 millions d'euros et emploie quelque 1500 salariés. Les modalités de la faillite de la société belge Altifort Boart doivent être débattues jeudi matin devant le tribunal de l'entreprise de Nivelles. Une centaine de travailleurs sont concernés.