Brabant wallon

La Fédération wallonne de l’agriculture réunit ses membres du Brabant wallon dès ce mardi pour réfléchir à la question.

L’annonce de la ministre de la Sécurité routière Valérie De Bue de casser l’arrêter de son prédécesseur qui interdisait les véhicules lents sur la N25 dès le 1er janvier 2020 est un énorme soulagement pour les agriculteurs concernés. La Fédération wallonne de l’agriculture (FWA), en recours au Conseil d’État contre cet arrêté ministériel, salue cette décision et s’engage à prendre les mesures nécessaire pour plus de sécurité sur cette nationale entre Nivelles et Grez-Doiceau.

« La FWA sait qu’il faut réunir tous les acteurs et a décidé de convoquer, dès demain matin, un groupe de travail avec des agriculteurs du Brabant wallon pour réfléchir à une meilleure visibilité des tracteurs et à des alternatives à la N25, indique Marianne Streel, présidente de la FWA. Revenir dans les centres des villages, où il y a autant de risques d’accidents, nécessite une réflexion globale de sécurisation, en concertation avec les pouvoirs locaux, la ministre et les acteurs de la sécurité routière. C’est ce qui avait manqué avant. C’est un dossier complexe qui ne s’arrête pas comme ça, sans concertation. Il y a une prévention routière à faire auprès des agriculteurs et on veut bien prendre notre part de travail là-dedans. Je salue le fait qu’on va pouvoir travailler ensemble avec tous les acteurs concernés pour plus de sécurité pour tous. »

La ministre De Bue a précisé que cette décision s’accompagnerait d’une série de mesures de sécurité telles que l’amélioration et le renforcement de la signalisation, le renforcement des contrôles routiers avec l’installation de radars tronçons et l’examen d’itinéraires de délestage, notammenent.